Le vrai et faux du yaourt !

Le yaourt est l’incontournable des fins de repas :  nature, sucré, aux fruits… Une multitude de produits existe, mais sont-ils tous des yaourts ? Nous vous proposons d’en savoir un peu plus sur ces petits pots si familiers ! ?

 

Le yaourt, c’est quoi exactement ?

Nous utilisons le terme de « yaourt » pour évoquer l’ensemble des desserts frais à base de lait. Mais ce raccourci est souvent trompeur !

D’un point de vue réglementaire pour qu’un aliment, soit un yaourt il doit répondre à un cahier des charges très précis dont en voici un extrait :

  • Contenir à minima 70 % de produits laitiers (qu’importe le lait, tant qu’il est d’origine animale : vache, brebis, chèvre…)
  • Le lait utilisé doit être fermenté et se composer de deux souches de « bonnes bactéries » : « Lactobacillus bulgaricus » et « Streptococcus thermophilus » (on ne vous en voudra pas, si vous oubliez leurs noms ! ?)
  • Ces bactéries doivent être vivantes et à minima 10 millions par gramme (ça en fait du monde dans nos yaourts ! 🙂  )

Cette réglementation très précise, recale de nombreux produits au rang de desserts, ou de crèmes dessert. Faisons le point sur les différents « pots » présents dans nos réfrigérateurs.

Par ailleurs les brassés à base de lait végétaux ne peuvent pas être considérés comme de vrai « yaourt » !

Et les yaourts natures, aromatisés, aux fruits ou aux céréales dans tout ça ?

Comme expliqué, le yaourt nature non sucré est composé de plus de 70 % de lait fermenté et possède les 2 souches de bactéries demandées. Il a donc tous les atouts pour être un « vrai yaourt ». Il représente bien une portion de produit laitier !  

Les yaourts aromatisés, avec des morceaux de fruits ou encore des céréales, sont considérés comme des yaourts, uniquement si le lait est l’ingrédient principal de la composition (le premier de la liste d’ingrédients) et qu’il représente plus de 70 % du produit.

Cependant, il faut rester vigilant car ces yaourts plus élaborés que le yaourt nature, se composent aussi souvent d’une quantité de sucres importante.

Il est donc préférable de consommer un yaourt nature avec un peu de sucre, de confiture ou de miel (que l’on peut doser plus facilement) qu’un yaourt aromatisé ou aux fruits dont la proportion de sucre est supérieure à 10 g pour 100 g ?

 

Les crèmes desserts et les desserts, nos faux-amis !

Les crèmes chocolatées, à la vanille, à la pistache ou encore les crèmes desserts avec de la chantilly comme les liégeois ou les riz au lait ne sont pas des yaourts, mais des desserts.

Trois raisons à cela :

  • Leur proportion de lait est inférieure à 70 %
  • Ils subissent des traitements importants éliminant les bonnes bactéries
  • Ils sont souvent très sucrés, et souvent gras !

L’ensemble de ces éléments les recalent au rang de desserts et donc de produits sucrés. Ils ne peuvent pas être considérés comme des portions de produits laitiers !

 

En synthèse, comment faire ?   

Voici toutes nos astuces, pour ne plus jamais douter dans le rayon du supermarché :

  1. Si c’est un yaourt (un vrai), la mention doit apparaître sur le packaging. Si rien n’est indiqué, c’est sûrement un dessert lacté ou une crème dessert.
  2. Vérifier la teneur en lait : il doit être le premier ingrédient de la liste et être présent à plus de 70 %
  3. Enfin vérifier la teneur en sucres simples, sur la ligne glucides dont sucres, cette teneur ne doit pas être supérieure à 10 g pour 100 g !

Enfin si vous préférez la simplicité, favorisez les yaourts natures non sucrés !

Si vous n’aimez pas trop le goût, vous pouvez ajouter un petit peu de miel, de confiture ou de sucre ?

Facile non ?
Tous à vos cuillères !

 

 

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Qui a dit qu’il ne fallait pas jouer avec la nourriture ?  JOUER

L’alimentation c’est un jeu d’enfant !
Surtout avec KOAM, le premier programme ludique d'éducation alimentaire.
Laissez-vous tenter !

Découvrir KOAM

Rejoignez la KOAM'munauté !